• Une grue ça fait bien trente-trois mètres, non ?

    Lecteur, tu trouveras sur mon blog ce que tu viens y chercher mais surment pas de mes nouvelles au sens où tu l'entends, je crois. Il est vrai que je parle de moi ici mais je ne crois pas satisfaire la délicieuse exitation voyeuriste de mes amis qui aimeraient en savoir plus sur l'état de mes sinus (coulent-ils ? sont-ils encore bouchés ?), sur ce que je mange (encore des M&M's au petit-déjeûner !) et sur l'avancement de mes études (aujourd'hui j'ai fait un effort, je me suis levé tôt, et je me suis recouché...).

    Est-ce que je me ris du destin ?
    Est-ce que je croque la vie à pleines dents ?
    Est-ce que je fréquente ?
    Est-ce qu'on me fréquente ?
    Suis-je fréquentable ?

    Lecteur, peut-être trouveras-tu de quoi te satisfaire ta curiosité de manière épisodique, sporadique, dans certains de mes articles, mais malheureusement pas aussi régulièrement que tu ne l'espères...

    Allez, je ne suis pas vache... Je vais t'en donner du ragot, du potin people ! Je t'entends d'ici frémir d'exitation ! Gredin de lecteur va...

    De mes nouvelles je t'en donne volontiers: la santé ça va, j'ai du travail
    jusqu'au cou mais j'ai envie de rien foutre, samedi soir j'étais saoûl (faut-il
    le préciser ?) alors j'ai escaladé les 6 premiers mètres d'une grue dans le
    chantier des nouvelles archives départementales (jusqu'à une sorte de balcon en grillage) puis j'ai volé un casque de chantier dans le seul cabanon que les ouvriers du bâtiment (que je salue au passage) avaient laissé ouvert, enfin j'ai déclenché l'alarme du bâtiment en construction en essayant d'ouvrir la porte principale, laquelle était bien entendue fermée et reliée à la Brinks.

    Je profite de l'occasion pour saluer l'agent de sécurité de garde que j'ai réveillé à 5h30 en ce dimanche matin...

    Que la vie serait morne et triste sans ces petites escapades. La vie m'emplit de joie dans ces moments-là. En revanche (et là je suis désolé mais je dois vous faire la morale les enfants), IL NE FAUT JAMAIS SE PROMENER DE NUIT DANS DES CHANTIERS DE CONSTRUCTION INTERDITS AU PUBLIC... AVEC DES CHAUSSURES NEUVES !!!

    Je ne crois pas pouvoir me permettre de porter plainte auprès des responsables du chantier ou autres chefs de travaux en ce qui concerne l'état déplorable de leurs sols... Un joli petit plancher flottant serait du meilleur goût mais vous n'avez qu'à voir les choix des coloris de leurs casques : jaune ou rouge ! C 'est totalement old-fashionned...

    Que ça te serve de leçon lecteur !

    PS : désolé Laure, j'aurai tant aimé rencontrer ma première lectrice assidue parisienne mais le destin place parfois des grues sur notre chemin...


  • Commentaires

    1
    Laure
    Lundi 27 Février 2006 à 17:24
    je déteste les grues !
    C'est très flattée par le geste que je t'assure que ce n'est que partie remise car j'ai très envie de rencontrer le "blogger" dont je suis une lectrice assidue! Evite les grues la prochaine fois... même si je dois l'avouer à contre-coeur, vivre ça, c'est certainement aussi palpitant qu'un voyage à Paris !
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :