• Aujourd'hui j'ai bien failli ne plus jamais revoir meS cherS lecteurS (parce qu'ilS sont plusieurS !!!). Quelqu'un de mal intentionné a comblé le trou de souris informatique dans lequel je me glissais avec délice à chaque fois que je venais écrire ici.

    Mais je reviens, et plus fort que jamais !

    Bon vu que j'ai perdu du temps à retrouver une faille dans le système (18 minutes) je n'ai plus le temps pour continuer. Je voulais juste rassurer meS lecteurS.

    Qu'est-ce que c'est bon de berner les cons !!!


    1 commentaire
  • Là ça se voit peut-être pas mais je me force à écrire.

    Je suis pas de plus mauvaise humeur que d'habitude, ça va même assez bien. Non mais je me suis dis que je prendrai le temps d'écrire sur mon blogg puisque j'aime bien ça.
    Je m'installe donc devant l'écran.
    Je me connecte.
    Et je sèche...

    Alors pour la dix-septième fois je vais raconter que je ne sais pas quoi raconter et finalement on va se retrouver avec un article métaphysique qui parle de la vie comme un homme de sa bite (c'est-à-dire avec beaucoup d'emphase mais finalement sans véritable fondement).

    Ca y est !!! Je sais de quoi je vais parler: de ma bite !!!

    La première chose que je dirais sur ma bite c'est qu'elle donne du gîte à babord (à peu près 28°) et ce quelle que soit la direction du vent. On peut donc déduire que ma bite n'est pas un voilier.

    Loin s'en faut, au contraire !!! Ma bite est petite quand je sors de l'eau. Et je pense que tous les hommes devraient un jour écrire sur leur blogg, aux yeux de toutes et tous, que leur bite est petite parfois. Oui elle est petite, et même souvent.

    Mon dieu que c'est libérateur ! Même si c'est un peu humiliant (on ne peut pas s'en empêcher, c'est atavique).

    Tous les hommes devraient se lever, se prendre par la main, et faire une gigantesque ronde autour de la Terre en criant "Oui, ma bite est petite !!!". Ainsi, si tous les hommes affirment la petitesse occasionnelle de leur bite, plus aucune bite humaine ne sera petite. Enterrons la norme !!!

    Enterrons la norme de "la bite de 20 cm au repos", et déterrons celle de "la bite de 10-12 cm au repos" (c'est-à-dire la taille d'une bite au repos).

    Jusque-là je suis d'accord avec moi-même, et même plutôt d'accord puisqu'une bite en érection deviendrait alros une grosse bite et tous les hommes pourraient se vanter d'avoir une grosse bite. Pour cela il suffirait d'arrêter de réfléchir (plutôt simple jusque là) et d'avoir quelques pensée animales (encore plus simple !!!).

    En revanche je me dois de faire une remarque que j'espère pertinente. Mon esprit réveillé d'un seul coup vient de prendre un café (ça veut dire que J'ai pris un café et J'ai réfléchi 5 minutes à ce que je venait de raconter). Je viens de soulever un problème dans mon idée: avoir une grosse bite est le complexe masculin le plus répandu.
    Pour qu'un homme n'en soit pas préoccupé c'est qu'il est né sans bite. Nous ne nous attarderons pas sur l'origine génétique et embryologique de ce phénomène peu répandu mais néammoins préoccupant et fort intéressant.

    Si les hommes n'ont plus de petites bites.
    Si nous gardons toujours nos appendices spongieux téléscopiques mais que "la bite" soit une notion à laquelle le qualificatif de "petite" n'ait plus lieu d'être attribué.
    Sur quoi allons nous compléxer ? Il est impossible que la bite d'un homme ne soit qu'objet de fierté dans une vie. Même Casanova à chopé la chaude-pisse !!! Et la chaude-pisse est loin d'être un glorieux épisode dans la biographie de la bite de Casanova.

    On ne va tout de même pas se mettre à compléxer sur la taille de nos seins, que l'on trouverait trop plats ou trop gros ?
    Pas sur nos fesses ou notre taille ?
    Sur la forme de nos genous ?
    Sur nos sourcils ?

    Non !!!! Les hommes sont malheureusement condamnés à garder éternellement un regard compléxé sur leur bite...

    Je veux continuer à trouver ma bite ridicule... le contraste en est d'autant plus fort lorsqu'elle se décide à flatter la Femminité de toute sa hauteur !!!


    7 commentaires
  • Aujourd'hui pour la première fois je vais passer un message personnel.

    Roro, rien ne me fait plus plaisir que de te savoir en train de lire cet article. En même temps rien ne me fait plus peur que de te savoir lisant cet article (et tous les autres d'ailleurs). Parce qu'il faut tout de même savoir que depuis la naissance de ce blogg et malgré les commentaires épars, divers et variés je suis quand même persuadé que personne ne vient sur mon blogg.

    Et c'est ce qui fait l'authenticité de ce blogg. C'est ce qui donne de la crédibilité aux articles. Malheureusement hier je me suis rendu compte que tu allais régulièrement prendre de mes nouvelles ici-même (tu = Roro, bah oui c'est le sujet de l'article, mais tu = lecteur lambda, puisque lui aussi vient lire certains articles de temps en temps, pas vrai lecteur lambda ?).

    Et j'ai peur de perdre la fraicheur si caractéristique de l'innocence de l'Homme qui parle tout seul ne sachant pas que sa Femme a fait engager un détective privé pour le faire surveiller et faire augmenter la pension alimentaire et récupérer la garde du chien (Ulysse, très beau Bouvier-Bernois de 2 ans, très dynamique et bien dressé, aime beaucoup les enfants (mais pas trop cuits)).

    Non, je ne crois pas que je vais perdre la fraicheur qui caractérise l'innocence bla bla bla... Parce que je n'en ai pas !!! Depuis le début (farfelutoutlemondet'avuluiboufferlecul) j'écris comme si quelqu'un lisait. Et je ne me trompais pas.

    Cet article n'a d'autre but que de dire "rien du tout".
    Cet article ne sert à rien.
    Cet article n'apprend rien.
    Cet article n'a aucune justification.
    Cet article ne dit que des choses qui s'auto-contredisent.
    Cet article me fait chier autant que vous.

    Merci de ta fidélité Roro.


    votre commentaire
  • En raison des violentes manifestations qui se sont produites la semaine dernière (manifestations ayant pour but de me faire arrêter et lapider sur la place publique pour avoir oser raconter tant de choses inintéressantes et quasiment blasphématoires lors de mon dernier article), j'ai pris la décision d'assumer pleinement les conséquences de mes actes en me retirant définitivement l'écharde que j'ai dans l'index droit.

    Non messieurs de la Cabbale !!! Non je n'arrêterai pas. Je n'arrêterai jamais, dussè-je en mourir !!! L'oeuvre de ma vie sera de voir mourir la diabolique Inquisition. De ma main je pendrai le dernier des patrons avec les trippes du dernier des curés !!! Ha ha ha (rire sardonique) !!!

    Hum hum... Bon je vous laisse je dois faire croire à la société que le système m'a définitivement enrôlé dans sa spirale auto-destructrice (ce qui ne va pas être dur puisque je n'ai mis aucune réelle volonté à m'en échapper).

    Pardon encore pour ce relent de crise d'adolescence...


    votre commentaire
  • Aujourd'hui nous recevons un invité de marque. Professeur de zoologie à Oxford, il est l'auteur de nombreux ouvrages evolutionnistes et un des pères du néodarwinisme orthodoxe, j'ai nommé... Richard Dawkins !

    Richard... Vous permettez que je vous appelle Richard, Richard ? Oui, il est d'accord puisqu'il n'est pas physiquement présent mais s'est incarné en moi pour des raisons simplissimes:
           1- Il habite en Angleterre
           2- Il n'a jamais entendu parlé de moi
           3- Il a autre chose à foutre que d'exposer lui-même sa théorie sur mon blogg
           4- Sa femme ne supporte pas l'avion

    A plus proprement parlé, je devrai dire qu'aujourd'hui c'est moi qui reçoit un illustre invité, et que vous vous recevez son enseignement.

    La Vie. La Vie. La Vie... La Vie ? La Vie !!!

    Au commencement, alors que la Terre vient à peine de se former, existait la Soupe Primitive (grand milieu réactionnel informe dans lequel pullulaient quelques milliards d'atomes formés au coeur du Soleil). Par le biai du hasard, certaines conditions météorologiques ont favorisées les interactions chimiques dans cette Soupe (chaleur, foudre, concentration de substrats par évaporation, etc). Tout cela ne ressemblait toujours à rien.

    Mais un beau jour, par hasard, une molécule parmi les milliards d'autres s'est retrouvée avec des proriétés physico-chimiques particulières. Et si ces propriétés étaient celles d'attirer ou de garder à son contact les atomes ou les groupements identiques à ceux dont elle était constituée ? Ce n'est pas impossible, cela existe naturellement
    Imaginez une main (droite ou gauche, peu importe). Imaginez que cette main soit une molécule constituée de six groupements tels qu'un pouce, un index, un majeur, un annulaire, un auriculaire, et une paume. Enfin imaginez qu'il existe dans la Soupe des groupements identiques libres (ou des composants de ces groupements).
    Si une telle molécule (la molécule "main") possédait la propriété d'attirer ou de garder à soi ces goupements (qui circulent librement en une succession de mouvements aléatoires), alors si un exemplaire de chaque groupement avait fini par s'y fixer, en attendant les conditions idéales à la "fusion" de ces groupements, on aurait là un environnement propice à la création d'une nouvelle molécule. Mais pas n'importe quelle molécule, ils'agirait là d'une molécule identique à son modèle !

    Mesdames et messieurs, vous venez d'assister à la naissance de la première molécule réplicatrice de l'Histoire.

    Oui, et alors. Alors je voudrais faire appel à de vieilles (ou peut-être pas si vielle que ça) notions de biologie du lycée.
    De quoi est composé notre corps, ainsi que celui des plantes, "celui" des micro-organismes, bref celui de tous les êtres vivants de notre planète ?

    De cellules.

    De quoi est composé une cellule ? D'une membrane, d'un noyau parfois, de divers organites et de protéines nécessaires à son fonctionnement.

    Quelle est la protéine (ou molécule) dont vous avez le plus entendue parlé ?

    L'ADN.

    L'ADN est une molécule réplicatrice puisque chacune des cellules de notre corps possède un exemplaire de cette monstrueuse molécule (entièrement déroulée elle mesurerait 1 mètre de long !). Et lorsqu'une de nos cellules se divise elle réplique sa molécule d'ADN pour la partager entre les deux cellules finales (appelées cellules-filles).
    De même pour les plantes, pour les micro-organismes (bien que certains aient des manières de se répliquer différentes, le principe reste le même).

    ...

    Malheureusement je n'ai pas le temps aujourd'hui pour finir mon exposé. Je continuerai plus tard (c'est une bonne manière de fidéliser son public).

    Je vous conseille, si le coeur vous en dit, "mon" livre (celui de Richard en fait, bien que soit aussi le mien mais "de chevet"):

                                           "Le Gène égoïste"

    Merci Richard. A bientôt.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique